Logo BIO-NATION

Ce week end avait lieu une mini manifestation bio. La maison de l’agriculture biologique du département était présente ainsi que deux producteurs.

Je suis allé à leur rencontre pour discuter de l’avenir de cette filière florissante (du moins sur le papier). On se souvient des récentes déclarations de Michel Barnier et la volonté politique pour que la filière biologique se développe d’ici 2012.

Nous avons évoqué la distribution des produits bio, un théme qui m’intéresse particulièrement. Il est vrai que bien souvent la consommation de produits bio locaux apparait assez compliqué. On peut aller dans une épicerie biologique mais les produits frais mis en vente ne sont pas nécessairement issus de production locale.

On peut ensuite adhérer à une amap mais cette manière de consommer est avant tout un acte militant et peut s’avérer contraignante. Le fait de passer un contrat avec un producteur et de retirer les paniers sur des créneaux horaire limités, freine de nombreuses personnes.
On peut enfin faire ses achats sur un marché bio, il en existe deux réguliers dans le département (deux fois par mois).

Bref pourquoi la distribution n’est pas réellement structurée ?

L’animateur de la maison de l’agriculture a apporté une réponse évidente à cette question. Il n’y a pas une offre suffisante pour structurer le réseau de distribution.

Les producteurs bio trouvent actuellement suffisamment de débouchés pour vivre (tant mieux car cela prouve que produire en respectant la nature peut rapporter). Le souci est que leur nombre est insuffisant et l’on commence d’ailleurs à importer des produits biologiques.

Le même animateur soulignait que la difficulté était de trouver des agriculteurs qui acceptaient de convertir leurs cultures en mode biologique. Le fait de ne pas traiter ne permettait pas d’assurer un rendement comme dans l’agriculture conventionnelle. L’agriculteur bio doit davantage concilier son travail avec les aléas climatiques et pour cela tout le monde n’est pas prêt à passer le pas.

Il existe donc encore de nombreux freins et le problème de l’offre est essentiel pour que la filière se développe correctement.

Popularity: 9% [?]

Tags: , ,

Cet article a été ecrit le Mardi, avril 29th, 2008 à 1:22 et fait parti des catégories Le marché du bio. Vous pouvez suivre les commentaires en vous abonnant à ce flux RSS 2.0. Vous pouvez ajouter un commentaire, ou faire un trackback depuis votre site.

Ajouter un commentaire




Message:



© BIO NATION | Powered by Wordpress | Design by Focus Organic.com